Un magnifique décor d'automne

Un magnifique décor d'automne - Travis Carpenter

Gravir cette montagne me semblait simple, d’en bas, mais j’ai vite compris que ce défi était difficile à relever. Je pensais mettre tout au plus quinze minutes, en ne pressant pas trop le pas. J’ai dû accélérer mon rythme de marche et j’ai mis, finalement, presqu’une heure pour arriver au sommet. Par contre, le panorama qui s’étendait à mes pieds valait cet effort. Une magnifique forêt s’étalait devant mes yeux, éblouis par ce spectacle magnifique. Les couleurs de l’automne avaient commencé à apparaître, mais une plus importante proportion de couleur verte était encore visible, ce qui créait un contraste des plus joli. C’était splendide, et je pris le temps de contempler la beauté de cette scène pour la graver dans ma mémoire. Le soleil avait penché du côté de la fin de sa course journalière, j’ai songé que je mettrais au moins deux heures avant de revenir à mon véhicule.

J’ai donc laissé derrière moi ce moment et ce paysage. Bien sûr, descendre de la colline fut plus aisé que de la monter. Malgré tout, mes prévisions étaient exactes et ce furent deux heures de marche intensive que je dus effectuer avant de m’asseoir dans mon auto. L’après-midi touchait à sa fin, et je voulais rentrer avant le coucher du soleil, car je n’aime pas la conduite de nuit, et encore moins à cette heure si spéciale prise entre le jour et le repos nocturne. J’ai pensé que je devais envoyer quelques documents à ce conseiller financier Montréal. Une autre idée m’a traversé l’esprit, mais elle est partie aussi vite qu’elle était venue. Je sentais, pourtant, que j’avais une obligation que je n’avais pas remplie au cours de ces derniers jours, et que je devais, au plus vite, m’en souvenir.

Ce fut plus tard, dans la soirée, que je me suis souvenu de ce que je devais faire de si important. J’avais négligé d’envoyer un message à ma cousine, pour lui souhaiter un bon anniversaire et un prompt rétablissement. Elle avait eu un accident de vélo, sans gravité, et elle avait dû rester alitée tout une semaine. De plus, c’était précisément la date de son anniversaire, lorsqu’elle avait eu cet accident, et elle a reporté la petite fête qu’elle souhaitait organiser à cette occasion. Une fois le message envoyé à ma cousine, je me sentis plus léger, plus détendu. J’avais l’impression d’avoir fait tout ce qui était important. Je me trompais.