Suivre les traces de mon père

Suivre les traces de mon père - Travis Carpenter

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours été très proche de mon père. Il a commencé à travailler très jeune, en faisant des petits travaux chez les uns et chez les autres, avant de s’installer « à son compte ». J’ai toujours vécu dans cette ambiance artisanale, pour moi, il était évident de choisir la même direction que la sienne. Cependant, je n’avais pas envie d’exercer dans le même domaine que lui. Il était serrurier, je voulais me diriger vers quelques chose de plus moderne: les matières plastiques.

J’ai donc orienté mes études pour obtenir un brevet de technicien supérieur en matières plastiques. Je voulais être à la fine pointe de tout ce qui se faisait, et pouvoir choisir en connaissance de cause, les techniques et les produits qui dans ce domaine évoluent très rapidement.

Bien sûr, pour exercer correctement, ce n’était pas suffisant. Avant de m’installer pouvoir concrétiser mon projet, il me fallait en plus, entreprendre des études de gestion, parce que dans un premier temps, il ne pouvait être envisageable de prendre un comptable.
Je devais moi-même établir un plan prévisionnel, et contacter plusieurs banques, afin de prévoir au maximum et limiter ainsi, les frais financiers.

Conseillé par un ami, j’ai pris rendez-vous auprès d’une banque, et ceci s’avéra bien utile, car la personne qui me reçut ce jour-là, m’apprit que la banque la plus favorable aux travailleurs, en ce qui concerne les prêts, était une banque concurrente ! Cependant, afin de pouvoir comparer, j’ai alors décidé de prendre rendez-vous dans plusieurs banques avant de choisir celle qui deviendrait mon partenaire.

Effectivement, les taux de la première étaient plus intéressants, même si la différence était minime. Les banques nationalisées ne sont pas très compétitives dans cette domaine, ni très favorables aux artisans me semblait-il.

Entre les deux banques qui m’avaient fait les meilleurs propositions, bien que sensiblement les mêmes, mon choix s’est porté sur la première, car elle fidélisait ses clients par des avantages non-négligeables: un planificateur financier, conseiller attitré qui pouvait se déplacer, et qui me proposait d’établir avec moi le plan financier en s’informant régulièrement de son suivi.
C’est avec cette banque que j’ai finalement décidé de travailler, et je ne fus pas déçu.

Mon conseiller se montre, encore aujourd’hui, toujours très disponible. Et en faisant régulièrement le point de la situation, je réussis dans la plupart des cas, à suivre la planification établie. Cela me permet de travailler sans avoir trop de pression, ainsi, je me concentre sur les quelques problèmes que je dois solutionner avec mes clients.